À quel point les voitures électriques sont-elles vertes ?

voitures électriques

De nombreuses études ont montré que les voitures électriques sont plus efficaces et donc moins émettrices de gaz à effet de serre et d’émissions que les voitures équipées uniquement de moteurs à combustion interne. Une étude de l’UE basée sur les performances attendues en 2020 a révélé qu’une voiture électrique utilisant uniquement de l’électricité produite par une centrale au fioul ne consommerait que les deux tiers de l’énergie d’une voiture à essence parcourant la même distance.

 

Réduire le changement climatique

Les transports représentent environ un quart des émissions de carbone dans les pays européennes, un facteur clé du changement climatique. Les véhicules électriques purs ne produisent pas d’émissions de gaz à effet de serre lorsqu’ils sont conduits et ceux des véhicules hybrides rechargeables sont nettement inférieurs à ceux d’une voiture à essence ou diesel classique. Passer à une voiture électrique ou à une fourgonnette facilite donc la réduction de l’empreinte carbone des conducteurs et leur permet de protéger l’avenir de notre planète.

Mais à quel point les voitures électriques sont-elles vertes ?

La plupart des gens s’accordent pour dire que les voitures purement électriques peuvent réduire considérablement la pollution de l’air par les émissions d’échappement. Mais peuvent-ils aussi réduire les émissions globales de CO2 lorsque l’électricité qu’ils utilisent provient de combustibles fossiles ?

La reponse courte est oui. Une analyse récente du cycle de vie des véhicules électriques a montré que même lorsqu’ils sont alimentés par l’électricité à plus forte intensité de carbone en Europe, ils émettent moins de gaz à effet de serre qu’un véhicule conventionnel. Le calcul inclut le carbone émis par la production de la batterie du véhicule.

Cependant, les voitures à combustibles fossiles émettent également d’autres polluants atmosphériques nocifs, tels que les oxydes d’azote (NOx), considérés comme cancérogènes.

Bien que les voitures diesel émettent 20% moins de CO2 que les voitures à essence, elles produisent davantage de particules fines dangereuses pour la santé. Ces particules, invisibles à l’œil, peuvent pénétrer dans les poumons.

Le véhicule électrique est une voie intéressante à suivre, à condition que d’autres aspects de nos systèmes de production soient adaptés, que ce soit en matière d’énergie, de processus industriels ou de technologie.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *